Les sentiers de l'info - Mai 2012

Si nous avons choisi tous ici présents l’association Accueil Paysan, c’est que nous avons été attirés par cette autre façon d’agir ensemble dans un monde de plus en plus individualiste et violent. Pratiquer une autre agriculture, recevoir nos amis touristes sans être un tiroir caisse, s’occuper des animaux de la ferme sans que ce soit des numéros, soigner son environnement et avoir de bons rapports avec ses voisins font partie intégrante du bon sens paysan et rural quelque peu oublié.
Créée en 1987, Accueil Paysan a su créer cette dynamique au travers de sa culture paysanne et ses valeurs, au fil des années, pour aboutir à un réseau important, reconnu, et qui a su faire des petits dans d’autres pays, loin de chez nous, actuellement présent dans 23 pays, que visitent souvent nos Amis d’Accueil Paysan.

En garantissant une activité agricole qui s’intègre dans son environnement, le paysan et l’acteur rural participent au développement harmonieux de leur territoire, ils maintiennent la vie en milieu rural au travers de leur savoir-faire, leur métier, la qualité de leurs produits et des prestations adaptées à l’habitat local. Accueil Paysan est pensé et organisé par ceux qui en vivent.
C’est à nous, acteurs du monde rural, de décider ce que sera notre territoire pour léguer à nos enfants un espace de vie où il fera bon de vivre.

Cette année Accueil Paysan fêtera ses 25 ans d’existence sous forme associative. Composée à ses débuts de paysans, celle-ci s’est ouverte aux acteurs ruraux. Cette complémentarité a apporté un souffle nouveau au réseau en terme de convivialité, de connaissance et de solidarité dans un monde agricole qui s’est refermé sur lui-même. La Politique Agricole Commune en est certainement pour quelque chose.

Dans ce monde où l’argent est roi, où le monde est en crise identitaire, nous avons choisi de nous prendre en main nous-même sans attendre que nos instances économiques telles que les chambres d’agriculture nous dictent notre façon de faire. En choisissant de nous rendre maîtres de notre production agricole au travers de la transformation à la ferme ou la vente directe en circuits courts, en choisissant l’accueil en camping, en tables d’hôtes, en gites, en fermes auberges ou l’accueil d’enfant, c’est redonner vie à un territoire, c’est se réapproprier notre avenir et se redonner confiance en nous-même.

Dans nos achats et notre consommation quotidienne, nous soutenons une agriculture paysanne et un petit commerce local, nous nous positionnons comme une alternative au modèle dominant, développant l’arrogance et le repli sur soi, participant aussi à une dégradation des ressources en terre et en eau, bien commun de l’humanité.

En pratiquant une autre agriculture, c’est aussi dire non aux OGM et si possible à tous les intrants divers qui nous empoisonnent à petite dose et qui contribuent à engraisser l’agro-business.
En recevant nos amis touristes nous n’aurons pas honte de leur proposer un accueil de qualité dans l’esprit local et une alimentation saine.
En créant des conditions d’accueil basées sur des relations humaines et en créant un lien social, nous pouvons avoir pour des familles en difficulté ou désorientées un rôle éducatif et pédagogique.
En participant à des marchés, des foires ou salons à taille modeste, ce n’est pas seulement une démarche commerciale, c’est aussi et surtout une tribune pour faire connaître à travers Accueil Paysan et sa charte un autre type de tourisme conforme à notre vision du développement durable.

Dans le numéro 25 du bulletin des Amis d’Accueil Paysan de l’été 2011, l’éditorial nous pousse dans nos derniers retranchements et met à jour nos contradictions. Avec ce qui s’est passé au Japon, pays montré comme exemple de modernisme, on se rend compte qu’on ne pèse pas lourd sur cette terre, dans un pays où la terre tremble régulièrement, il y a là incohérence. Cet événement dramatique nous interpelle tous, c’est bien un modèle de développement qui est mis en cause.

Pour terminer je citerai Jean Siccardi des Amis d’Accueil Paysan :
« Le choix est difficile tant nous sommes drogués par cette civilisation industrielle. Et nous ne reviendrons pas à un hypothétique âge d’or ou à une société primitive. C’est bien une transition vers une autre organisation sociale qu’il nous faut entamer, se relocaliser dans la mondialisation, créer une société d’archipels indépendants en lien avec tous les autres.
Ce monde en devenir se construit déjà, avec les SCOP, les AMAP, les circuits courts, l’économie sociale et solidaire. C’est bien cette amorce de société, libérée de la toute puissance de l’argent que nous recherchons avec Accueil Paysan. Trouver notre bonheur ailleurs que dans la possession matérielle, remettre les relations humaines au cœur de l’échange, un rêve qui devient nécessité. ».

Rapport moral de l’assemblée générale d’AP 29
Écrit par Henri Peuziat, co-président

Je vais commencer par une question de vocabulaire : « l’éthologie » c’est l’étude scientifique des animaux dans leur milieu naturel. Donc rien à voir avec la très à la mode « éthologie » pratiquée dans le monde équestre, qui est, au mieux, de « l’équitation éthologique ». Ceci dit, j’ai abandonné la querelle de vocabulaire, le grand public s’étant emparé du terme, et j’ai choisi de suivre le courant… (cela rappellera peut être à certain des querelles autour du mot « développement durable », et bien d’autres…).

Pour vous présenter notre approche personnelle de cette fameuse « équitation éthologique », il faut que je vous parle de plusieurs rencontres qui ont été décisives dans notre évolution :

A titre personnel nous sommes adhérents à l’association CALC (Association des Cavaliers Au Long Court), ce sont des voyageurs à cheval. Et parmi eux Stéphane Bigo : il a voyagé 1 an environ sur chacun des 5 continents. Et puis, comme il le dit lui même : « après avoir fait le tour du monde À cheval, il a décidé de faire le tour du monde DU cheval ». Il en résulte un livre « De l’équitation éthologique à l’équitation de légèreté » qui propose une synthèse des enseignements liés à l’éthologie, à l’éclairage de la tradition équestre française. Ce qui m’a séduit dans son approche (alors que j’étais farouchement opposée à l’approche marketing à la mode Parelli ou haras de la Cense) c’est que dès le début il renvoie le cavalier à ses responsabilités : « L’équitation éthologique, comme l’équitation de légèreté, consiste d’une part à éduquer et à utiliser le cheval dans le respect de sa nature, d’autre part à s’éduquer soi-même pour être à la hauteur de cette tâche ».

A partir de cette approche « éthologique » de l’éducation du cheval, j’ai adapté une pédagogie du cavalier. Je ne me voyais pas faire des cours en reprise comme je l’avais vécu dans ma propre enfance. J’ai donc choisi ce que j’appelle la « pédagogie par le succès ». Je me refuse à corriger toutes les erreurs, je me concentre sur ce qui me semble important : sécurité du cavalier, respect du poney. Mais pour respecter, il faut comprendre, donc dès 6 ans les enfants sont formés suivant l’approche de Stéphane. On passe du temps à pied avec le poney, on apprend à communiquer de manière non violente. Je ne cherche pas à former des cavaliers « super bons techniciens », mais des cavaliers à l’aise et confiants (confiance dans le poney, mais aussi la confiance en soit, indispensable pour avancer dans la vie).

Mais nous n’en sommes pas restés là… Quand on parle d’éthologie on parle bien de « cheval dans son milieu naturel », et donc pourquoi pas essayer de lui proposer des conditions de vie au plus proche de son milieu naturel originel ! Dans notre association des CALC, il y a aussi Capucine Bragato, qui a voyagé du lac Léman au Portugal avec des chevaux islandais « pieds nus »… Il s’agit en fait de ne pas ferrer les chevaux, d’entretenir le pied parfaitement taillé afin que la fourchette soit en contact avec le sol et de « stimuler » la corne en faisant travailler progressivement puis régulièrement le cheval sur un sol abrasif. Il y a beaucoup de charlatans et de marchands de rêve dans ce domaine, mais une visite de Capucine et son approche scientifique m’ont complètement convaincue.

Mais pour avoir une corne de bonne qualité… il faut avoir un organisme performant ! Et peut-on avoir un organisme performant si notre foie est encrassé par une mauvaise alimentation et l’ingestion 2 à 4 fois par an de molécules chimiques « vermicides » ? Là il faut que je vous dise que j’ai entre temps rencontré Accueil Paysan, la Confédération Paysanne, l’agriculture bio et que d’un coup je me suis demandée : « pourquoi sous prétexte qu’on ne le mange pas, le cheval n’a pas le droit au bio ? ». Pas de cahier des charges, peu d’études sur le sujet… et nouvelle rencontre avec Eric Ancelet (d’abord avec son livre « Se nourrir... être nourris... »). Nous avons organisé un stage de 2 jours où il présente sa méthode d’alimentation, de prévention en matière de santé, de gestion du parasitisme… Et nous voilà partis : vermifuges aux huiles essentielles, formations à l’aromathérapie avec le GAB…

Et une toute dernière rencontre nous amène à l’équilibre actuel de notre mode de gestion des chevaux : c’est Emilie Salesse, une vétérinaire homéopathe et ostéopathe qui fait partie du GIE Zone Verte et qui a le bon goût d’habiter à 10km de chez nous ! Elle propose des conventions de suivi d’élevage. Elle nous a permis de rationaliser toutes ces nouvelles approches en matière de santé : pour le parasitisme nous faisons à présent 2 à 4 coprologies par an pour vérifier que « ça ne parte pas en vrille », nous avons changé le système de gestion des prairies car il ne suffit pas de respecter les chevaux, il faut aussi « respecter les graminées » si on veut aller loin…

En conclusion je dirais que nous passons très souvent pour des extraterrestres dans le monde du cheval ! Je rêve pour ma part à une « équitation paysanne » qui regroupe les professionnels du cheval autour du respect du cheval, du cavalier et de l’environnement…

Gaëlle Leprevost
Domaine des Chimères à Le Saint (56)

 

Stéphane Bigo :

 

L’équitation de légèreté par l’éthologie

Site Internet : http://www.stephanebigo.com

Eric Ancelet :

 

Se nourrir... être nourri...

Naître et grandir

Site Internet :
http://www.ohm-bioalternatives.com

Émilie Salesse : http://salesse-alterveto.blogspot.fr
A cheval pieds nus : http://achevalpiedsnus.free.fr
Le site internet des CALC : http://www.sitecalc.lautre.net

De l’idée au projet

Une nouvelle session de l’idée au projet vient de démarrer en Ille et Vilaine.
Si vous connaissez des porteurs de projets intéressés, vous pouvez prendre contact avec Aurore Sauvaget.
Ue nouvelle session pourrait démarrer à l’automne en fonction du nombre d’inscrits.

Contact : Aurore Sauvaget - AP 35
Tel : 02 99 77 09 54
coordination35@accueil-paysan.com

Depuis le 1er mai, le bureau de la Fédération Régionale a rejoint les locaux du GAB 56 et Maison de la Bio 56, à Locqueltas dans le Morbihan.

Pour nous écrire :
Zone d’activités de Keravel
56390 Locqueltas

Le numéro de téléphone et le mail restent inchangés :
09 61 27 53 18 - bretagne@accueil-paysan.com

Le jeudi 28 juin 2012
Chez Samuel Dugas - La Chenevetrie - BAIS (35)
La FDCIVAM 35 vous invite à la prochaine rencontre destinée aux paysans en réflexion sur un projet de transmission, aux porteurs de projet et aux jeunes installés.
Renseignements et inscriptions (souhaitées) : Frédéric Denéchère - FDCIVAM35
Téléphone : 02 99 77 39 28
Mail : fdcivam35@civam-bretagne.org

 

Le samedi 7 juillet 2012 à 10h30
La Ferme d’Olivet - Servon sur Vilaine (35)

Cette visite sera suivie d’un pique-nique champêtre avec tables, chaises et barbecues mis à disposition.
Chacune des personnes qui souhaite venir peut également apporter sa contribution : instruments de musique, démonstration artisanale ou artistique, le tout étant de rendre ce moment convivial et riche en découvertes. Il y aura également un espace jeux plein air pour les petits et les grands.
Le magasin de produits fermiers bio sera exceptionnellement ouvert de 10h à 14h pour que les personnes puissent faire leurs courses pour le pique-nique.
Renseignements : La Ferme d’Olivet - GAEC à 3 Voix
Téléphone : 06 62 09 27 62
Mail : fermeolivet@free.fr
Site Internet : http://fermeolivet.free.fr

 

Le samedi 9 juin 2012 à 20h30
La ferme Le Domaine - BROUALAN (35)

Une veillée-spectacle, contes et harpe, pleine d’étonnantes aventures et de chaleureuse ambiance. Soirée familiale conseillée à toutes les oreilles attentives !
Réservation : Ferme du Domaine
Téléphone : 02.99.73.30.89
Site Internet : http://www.fermedudomaine.fr

 

Le lundi 25 juin 2012 de 13h30 à 17h30
Chez Sylvie Plessix-Hamon - Bédée (35)

Bourse aux idées et outils utilisables dans un but d’éducation à l’environnement.
Objectif : échanger des outils pédagogiques, des savoir-faire, des contacts de personnes ou lieux-ressources, des références de livres, des trucs et astuces, pour pratiquer l’éducation à l’environnement sur votre lieu d’accueil, quel que soit votre public et quel que soit le temps que vous pouvez y consacrer.
Renseignements : Frédérique Omnès AP 35
Téléphone : 02 99 77 36 73
Mail : frederique.omnes@accueil-paysan.com

 

Juin : samedi 16, lundi 18, mercredi 20, samedi 23
Juillet : samedi 7, lundi 9, mecredi 11, samedi 21
De 9h30 à 15h
Chez Marie-Renée Rupin - La Mettrie - Bais (35)

Ateliers de Cueillette et cuisine des plantes sauvages comestibles.
Tarif : 45 €/personne - Repas compris - Tarif spécial demandeur d’emploi et étudiant
Renseignements : Marie-Renée Rupin
Téléphone : 02 99 96 11 63

 

Les dimanches 24 juin et 22 juillet
De 10h à 12h
Chez Marie-Renée Rupin - La Mettrie - Bais (35)

Balades découverte des plantes sauvages comestibles et dégustation.
Tarif : 16 €/personne
Renseignements : Marie-Renée Rupin
Téléphone : 02 99 96 11 63

 

TROC gîte

Nous partons en Espagne du 5 au 18 septembre et nous mettons à disposition notre gîte (n°5609 dans le guide) en échange d’une surveillance des animaux (environ 1h par jour quand tout va bien).
Les animaux ce sont 20 chevaux et poneys, 6 vaches highland, 3 chèvres, des poules et des petits chats.

Contactez  nous au 06 18 58 19 21 si l’idée vous intéresse !

 

Agenda d’Accueil Paysan

Depuis maintenant 5 ans, Accueil Paysan 35 diffuse l’agenda été-automne des adhérents de l’Ille et Vilaine dans l’Accueillette Paysanne.
Cette année, c’est la fédération régionale qui prend en main la parution de cet Agenda d’Accueil Paysan en Bretagne en étendant la diffusion dans toute la Bretagne.

N’hésitez pas à nous faire part de tous vos événements, de juillet à décembre !
Les informations sont à nous faire parvenir pour le 8 juin.

Un événement à diffuser ? Une date importante à communiquer ?
Pensez à avertir la Fédération Régionale qui pourra diffuser l’information sur le site Internet, les Sentiers de l’info, la newsletter et auprès des adhérents et des partenaires de toute la région Bretagne.
Contact : Amandine – bretagne@accueil-paysan.com – 09 61 27 53 18